Les dérivés de la photographie disséqués en Aquitaine

derives-photo-frac

Publié le 11 mars 2014 sur www.artmediaagency.com –  Art Media Agency (AMA).

Du 22 janvier au 3 mai 2014, trois expositions réunies sous l’intitulé « Les Dérivés de la photographie » organisées par le Frac Aquitaine de Bordeaux, le centre d’art image/imatge d’Orthez et l’Artothèque de Pessac proposent une exploration des enjeux spécifiques de ce médium. Ce projet tripartite décrypte « toutes les techniques et supports de la photographie qui existent à la dérive de la forme usuelle qu’est le tirage photographique ou désormais le fichier numérique », ainsi que le définit le critique d’art Jérôme Dupeyrat.

Avec l’exposition « Lumière noire », le Frac Aquitaine propose une approche transversale de sa collection du point de vue de la condition photographique de l’art contemporain. « Lors de la création du Frac Aquitaine en 1982, la politique d’acquisition était en partie orientée vers la photographie, mais aussi vers les œuvres de plasticiens utilisant ce médium sans pour autant se revendiquer photographes, comme Christian Boltanski ou Annette Messager », explique Marie-Pierre Tresbailes, chargée de recherches au Frac, à Art Media Agency. Elle précise « le titre de l’exposition, ‘Lumière noire’, peut évoquer la lumière UV qui permet de visualiser ce que l’on ne voit pas », effet que l’on retrouve, entre autres, avec le livre exposé de Philippe Parreno intitulé Fade to black, composé de onze images imprimées à l’encre phosphorescente. « Derrière le nom de cette exposition, on retrouve également l’idée que la lumière ne fait pas forcément ce que l’on attend d’elle », ajoute-t-elle.

De grandes signatures de la photographie sont présentées (Diane Arbus, Charles Mason, Karen Knorr, Duane Michals…), mais également des photomontages (Benoît Maire), des ensembles photo-textes (Dennis Oppenheim), des installations (Kolkoz, Julien Prévieux, Ulla van Brandenburg), des sculptures (Rainier Lericolas), des gravures (Antoine Dorotte) ou encore des sérigraphies (Laurent Kropf). De son côté, l’Artothèque de Pessac s’attache à explorer « L’Eclipse de la figure » avec des œuvres issues de sa collection et de celle du Frac, tandis que le centre d’art image/imatge d’Orthez consacre une exposition monographique à Loïc Raguénès intitulée « Classement des nageuses ».

Face au Frac Aquitaine... Créé en 1982, le Frac Aquitaine déménagera en 2017 sur le site des anciens abattoirs, au coeur du futur quartier de la création de Bordeaux Euratlantique.

Face au Frac Aquitaine… Créé en 1982, le Frac Aquitaine déménagera en 2017 sur le site des anciens abattoirs, au coeur du futur quartier de la création de Bordeaux Euratlantique. ©CC.

« Les Dérivés de la photographie », programme d’expositions co-écrit par le Frac Aquitaine, le centre d’art image/imatge à Orthez (64) et l’Artothèque de Pessac (33). Du 23 janvier au 3 mai 2014.

Plus d’informations sur le site du Frac Aquitaine www.frac-aquitaine.net

 

Carine CLAUDE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s